24 juillet 2005

Vol n°14 : Exercice d'encadrement

Et si l'avion tombe en panne moteur en navigation, si le moteur s'arrête au décollage en pleine montée, que se passe-t-il ? C'est pour ces diverses raisons totalement imprévisibles, que l'on se murmure un briefing avant décollage au point d'arrêt, pour ne pas se faire surprendre ...

C'était l'objectif du cours pratique d'aujourd'hui. Parce les tours de piste, autant l'avouer tout de suite, ça y est c'est bon, ça roule, mes décollages, préparation de l'avion, radios, plans d'approches, finales et atterrissages sont ok. Mes tours de piste avec l'instructeur à côté, ça tourne. J'ai suffisamment fait d'âneries pour avoir des parades et des méthodes de visualisation pour toujours anticiper sur l'avion.

Ce matin dimanche, la météo a commencé très mal, plafond très bas, pluie-bruine, un vrai temps breton ou de mois de février ... (pardon pour les bretons) Je suis arrivé aux Alcyons, pas d'instructeurs, et les avions au hangar ... Tiens ... A cause du mauvais temps, Olivier n'arrivera que pour mon cours, c'est à dire 10h.
Petit brief météo sur les terrains de Toussus, Le Bourget et Roissy pour se faire une idée de l'évolution de la météo dans l'espace :
Voici le METAR de Paris-Roissy Charles de Gaulle :
LFPG 241330Z 20013KT 7000 -DZ FEW004 BKN006 BKN009 18/17 Q1005 NOSIG=
Aux sceptiques je le dis, sisi c'est le bulletin de météo pour un aérodrome. Petite explication :
LFPG : indicatif OACI de Paris Roissy
241330z : météo du 24 du mois à 13.30 temps universel
20013KT : vent au cap 200, 13 noeuds
7000 : visibilité 7 KM
DZ : Bruine
FEW004 BKN009 : Quelques nuages à 400 pieds, fragmentés à 900 pieds
18/17 : Température 18°C, point de rosée à 17°C
Q1005 : QNH 1005 hectopascals
NOSIG : Pas de changement dans les deux heures à venir

Voilà !

Enfin bref, vers 10h15 j'avais fait mes purges, remis de l'huile, contrôlé le pétrole, m'étais fait aidé pour sortir Zoulou Papa du hangar (en cheval de bois) ça s'est éclairci; ça tombait bien, Olivier est arrivé à ce moment là. Avec une idée fixe de partir à Deauville manger des huitres (je me disais chouette ! une nav à Deauville ça serait chouette ...)
J'ai démarré, fait mes radios, décollé, jusqu'à l'exercice d'encadrement prévu aujourd'hui !
A 1500 pieds au dessus du terrain, Olivier ralentit le moteur. Et c'est là que ça devient pas évident.

encadrement___st_cyr













Il me fallait garder la vitesse de finesse de l'appareil en plané, à savoir 130-140 km/h (vitesse optimale pour laquelle le ROBIN parcourt le plus de distance à une hauteur donnée, 10 fois sa hauteur en plané) et amorcer une branche de vent arrière, légèrement convergée de 30° vers la piste pour atteindre le point d'aboutissement. A ce point là, la piste est à 45° derrière nous en main gauche pour la piste 12 gauche. Alors s'amorce un virage en ayant toujours la piste sous la nervure de l'aile gauche, on arrive en finale sans moteur, deuxième cran de volet, et atterrissage. Notre vitesse verticale est relativement impressionante, 4 m/secondes au variomètre (bonjour les oreilles !!) Normalement en finale, on arrive comme des fleurs à 120 km/h comme pour une finale normale, à part que notre demi circuit est plus rapproché de la piste que lors d'un circuit normal.
Ca c'est pour les conditions idéales mais un vent du sud en étape de base nous a poussé pour nous éloigner de la piste.
Et quand Olivier a lâché les commandes et m'a dit cette phrase très rassurantes : "Maintenant Dimitri, démerde toi pour nous sauver", allez je suis allé au charbon et j'ai essayé de me débrouiller pour me construire des repaires cohérent par rapport au briefing : garder 140 km/h en vitesse, et la piste sous la nervure de l'aile; par contre mon estimation de la hauteur a été mauvaise. Trop haut, avec les ascendances du vent du sud qui nous portaient en sus. Je ne vous raconte pas la dégringolade qu'on s'est faite pour rattraper le plan d'approche. Fort heureusement, mes atterrissages sont bons donc pas de rebonds (eh non c fini !)
Autre exercice, remise de gaz... Là je dois dire que je me suis bien souvenu de ce qu'on avait briefé il y a deux séances. Assiette , remise de gaz, montée, et au dessus de 110 km/h, enlever la rechauff carbu et le deuxième cran de volet ...
Bon enfin ça s'est pas passé tout à fait comme ça, j'ai remis les gaz avant l'assiette la première fois, j'ai bien retenu la réchauff carbu mais par contre, j'ai remonté le deuxième cran de volet très brutalement ! Lors du deuxième essai, je me suis maintenu en plat, au lieu de garder mon assiette de montée, et j'aurais du remonter le deuxième cran de volet plus rapidement...
Enfin, il ne me manque pas grand chose.
La prochaine fois, il y aura tout cela à retravailler, en plus des pannes en décollage !

Alors ... à la prochaine fois !

Posté par fire_bird à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Vol n°14 : Exercice d'encadrement

Nouveau commentaire